Mes dernières chroniques

⥥⥥⥥⥥ Mes dernières chroniques ⥥⥥⥥⥥

vendredi 25 mars 2016

"Fire Sermon, tome 1 : Ils mourront ensemble" de Francesca Haig

Fire Sermon, tome 1 : Ils mourront ensemble
Auteur : Francesca Haig
Broché : 491 pages
Editeur : Hachette Romans (2 septembre 2015)
Genre : Dystopie, Jeunesse



SYNOPSIS :
Quatre cents ans après notre ère, la Terre a été ravagée par un terrible feu nucléaire. Sur une terre appauvrie qui se repeuple à grande peine, un phénomène mystérieux et inexplicable débute : chaque personne naît désormais avec un jumeau. De chaque paire, l’un naît Alpha, physiquement parfait en tous points, et l’autre Oméga, affublé d’une difformité physique plus ou moins marquée. Dans cette société, les Omégas sont discriminés et ostracisés tandis que leurs frères Alphas vivent dans l’opulence en s’accaparant les maigres richesses de la Terre. Or un lien invisible et indéfectible unit les jumeaux, sans qu’on puisse en percer le mystère : où qu’ils se trouvent, et qu’importe la distance qui les sépare, quand l’un des deux meurt… l’autre meurt aussi. Cass est l’une des rares Omégas à être dotée d’un pouvoir de clairvoyance. Alors que son jumeau, Zach, accède aux hautes sphères du Conseil des Alphas, Cass ose faire le pire des rêves possibles : celui d’un monde où Alphas et Omégas sont traités à égalité. Prise au cœur du combat entre le Conseil et la Résistance, Cass va devoir lutter pour survivre et permettre à son rêve de devenir réalité.


MON AVIS :
Le concept de cette dystopie m’a beaucoup intéressé. J’ai trouvé original le fait que tous les êtres soient reliés à un jumeau et que malgré une dissociation sociétale, leur lien persiste jusqu’à leurs morts. « Les jumeaux naissaient ensemble et mourraient ensemble »
J’ai aussi apprécié l’univers de l’auteur. C’est un monde difficile et sans pitié où la population est triée en caste avec les êtres parfaits d’un côté et les imparfaits de l’autre. L’idée qu’une « race pure » soit à préserver au détriment de ceux qui ne rentre pas dans cet idéal n’est pas sans rappelé un pan obscur de l’histoire européenne. Les êtres jugés imparfaits sont ainsi rejeté de la société, parqués dans des colonies où ils vivent dans le dénuement le plus total. De plus ce monde post-apocalyptique nous rappel un peu l’époque moyenâgeuse puisque la population est privée d’électricité et de toute technologie et vit de ses propres cultures.
Ce qui m’a le plus dérangé c’est que le récit souffre de quelques longueurs. Pourtant les scènes d’action ne manquent pas et les péripéties de Cass, l’héroïne principale, sont nombreuses. Mais parfois l’auteur se perd un peu en faisant des descriptions de paysage ou de situation qui pour moi sont bien inutiles. Ce livre qui fait cinq-cents pages aurait pu être largement raccourci.
J’ai également eu du mal avec le personnage de Cass qui, malgré son courage, est très passive et naïve par rapport à l’ampleur de ce qui lui arrive. Certes c’est une idéaliste dans l’âme qui souhaite la paix entre les jumeaux, mais ce trait de personnalité m’a légèrement exaspéré. On a l’impression qu’elle nie totalement la réalité.
Dans l’ensemble j’ai apprécié ma lecture, même si parfois je me suis un peu ennuyé lors de certains passages. Heureusement le style d’écriture de l’auteur est fluide et agréable.


CONCLUSION :
Mon avis est très mitigé. L’univers de Francesca Haig est bien construit et est très intéressant. Par contre elle a tendance à donner des détails qui manquent de pertinences et qui font que le récit traîne en longueur. Les scènes d’action sont assez nombreuses mais s’enchaînent sans réel surprises et l’ensemble manque de rythme. Tout est très long et certains passages auraient largement pu être raccourci. Malgré ma légère déception je lirai quand même le second tome car je suis impatiente de connaître la suite.



MA NOTE : 3/5



MON AVIS EN VIDEO :









3 commentaires:

  1. Ce roman est, pour le moment, ma déception de l'année. Même si le scénario a tout pour plaire le reste manque cruellement d'action et sonne beaucoup trop creux.

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai emprunté à la bibliothèque il y a quelques jours mais je ne l'ai pas encore lu... Je pense tout de même lui laisser sa chance suite aux points positifs de ta chronique.

    RépondreSupprimer
  3. J'aurais pu me laisser tenter, mais finalement ce roman n'évite pas les écueils que je redoute le plus dans ce genre. Je passe donc...

    RépondreSupprimer