Mes dernières chroniques

⥥⥥⥥⥥ Mes dernières chroniques ⥥⥥⥥⥥

lundi 29 février 2016

Bilan de février 2016



"Chroniques Lunaires, tome 1 : Cinder" de Marissa Meyer
Une réécriture très réussite du conte de Cendrillon. L'auteur a une écriture très addictive et l'univers futuriste dans lequel elle nous emmène est fascinant. Cinder est attachante et le prince Kai a tout d'un prince charmant. Même si beaucoup d'éléments du conte original sont repris c'est loin d'être un copier coller et attendez vous à être surpris par l'intrigue et les rebondissements de l'histoire. Même si le dénouement est quelque peu prévisible il est tout de même très bien amené par l'auteur. Je suis impatiente de continuer à découvrir la suite en lisant les tomes suivants.













"La fille de l'hiver" de Eowyn Ivey
Un magnifique conte qui nous fait voyager au fin fond des terres de l’Alaska. Les deux personnages principaux sont attendrissants et j’ai vécu avec eux un véritable ascenseur émotionnel. L’écriture de l’auteur est poétique et toute en subtilité. Ce roman est juste MAGNIFIQUE. Laissez-vous transporter par cette histoire émouvante et féerique.







"La Lune où les cerfs perdent leurs bois" de Jean-Pascal Collegia
Ce récit mêle à la perfection contage des traditions indiennes et réflexion sur la société moderne. C'est le voyage initiatique d'un homme qui est tiraillé entre la sagesse de ses ancêtres et la modernité qui anéanti ce qui a de plus beau en l'homme. Mais peut-on réellement échapper à son destin ? Jason pourra-t-il refusé son héritage indéfiniment ?
A travers les yeux de Jason l’auteur nous amène à réfléchir sur nos propres contradictions. L'histoire est belle et passionnante à la fois. Un roman dont on ressort grandi.
MON AVIS COMPLET ICI.







"Puzzle" de Franck Thilliez
Un thriller haletant et très bien écrit. Le style de l’auteur est très immersif et nous permet de plonger directement dans son univers. On vit l’histoire avec les personnages et on a l’impression d’être enfermé avec eux. Les événements s’enchaînent avec un rythme soutenu et le suspens est présent tout au long du récit. Très difficile de lâcher sa lecture une fois immerger dans l’intrigue. Préparez vous à vivre des émotions fortes. Paranoïa le jeu où tout est réalité mais où rien n’est réel.







"Le Joyau, tome 1" de Amy Ewing
Une dystopie réussite avec un thème et un univers très intéressant. Ce premier tome est une très bonne introduction qui va, je l’espère, permettre à l’auteur de développer son intrigue et de nous surprendre avec la suite de son récit.
MON AVIS COMPLET ICI.









"Lettre d'une inconnue" de Stefan Zweig
Un classique incontournable à mes yeux. Un cri d’amour pur et passionné. Stefan Zweig a trouvé les mots justes pour exprimer la beauté de la passion amoureuse.





"The Book of Ivy, tome 2 : The Revolution of Ivy" de Amy Engel
J’ai adoré cette dystopie. Cette suite est aussi réussite que le premier tome. Pour moi l’intrigue est excellente du début à la fin et le dénouement est à la hauteur de mes attentes. Que ce soit le côté dystopique ou de la romance, tout est très bien mené. Ivy et Bishop vont me manquer.







"Charley Davidson, tome 1 : Première Tombe sur la droite" de Darynda Jones
Un roman à prendre au second degré. L'écriture de l’auteur est légère et bourrée d'humour même si personnellement je n'ai pas accroché avec ce style qui souffre de redondances. Heureusement l'univers est bon et la manière dont est démystifié la Faucheuse est original. Ça change des vampires et des loups garous. Le gros point positif c’est que l'intrigue est intéressante. Par curiosité je lirai quand même le second tome, mais ce ne sera pas l’une de mes priorités.




BILAN CHALLENGE EN COURS :
En 2016 je compte mes pages : 5283 pages lus
Challenge des 100 romans : 13/100
ABC 2016 : 7/26
Littérature de l'Imaginaire - 4e édition : 10/24

"Charley Davidson, tome 1 : Première Tombe sur la droite" de Darynda Jones

Charley Davidson, tome 1 : Première Tombe sur la droite
Auteur : Darynda JonesPoche : 415 pages
Editeur : MILADY (12 juillet 2012)
Genre : Bit-lit

SYNOPSIS :
Charley Davidson est détective privée et faucheuse. Son boulot consiste à convaincre les morts « d’aller vers la lumière ». Mais ce n’est pas toujours si simple : parfois Charley doit les aider à accomplir quelque chose avant qu’ils acceptent de s’en aller, comme retrouver l’assassin de ces trois avocats. Ce qui ne serait pas un problème si Charley ne passait pas son temps à faire des rêves érotiques provoqués par une entité qui la suit depuis toujours… Or, il se pourrait que l’homme de ses rêves ne soit pas mort. Il pourrait même être tout à fait autre chose…


MON AVIS :
Notre héroïne principale, Charley Davidson, est la faucheuse en personne. Mais attention rien à voir avec l'image que l'on s'en fait. Elle n'a pas de faux et ne vient pas à la rencontre des vivants pour leur ôter la vie. Dans le cas de Charley c'est les morts qui viennent à elle. En passant à travers elle, ils passent dans l'au-delà. Notre héroïne et sexy, pleine d'humour et n'a pas la langue dans sa poche. Elle cumule les emplois, puisqu'en plus d'être la faucheuse, elle est détective privée et consultante pour la police. Grâce à toutes ses fonctions elle permet de résoudre des meurtres qui ne sont pas encore élucidés. En effet quoi de plus pratique que de parler directement avec la victime après le crime pour savoir si elle a vu son assassin. C'est comme ça que Charley va être amené à enquêter sur la mort de trois avocats. En plus de cette enquête, elle va devoir régler des problèmes plus personnels puisque toutes les nuits un jeune homme hante ses rêves. Qui est-il et que lui veut-t-il ?

Le style de l'écriture est familier et j'ai eu un peu de mal avec ça. Je ne sais pas si c'est un problème de traduction mais je n'ai pas accroché avec la narration. De plus j'ai eu un gros problème avec le personnage de Charley. Alors oui, elle a de l'humour, mais les blagues les plus courtes sont les meilleures. Au début je me suis dit que ça allait être drôle mais au bout d'un moment je me suis lassée des remarques humoristiques de Charley qui sont présentes à quasiment toutes les phrases. Même dans les moments où la gravité aurait été de mise, elle arrive avec ses gros sabots. En plus de m'ennuyer Charley m’a agacée.
Le second petit bémol c'est qu'il y a beaucoup de protagonistes et j'ai parfois eu un peu de mal à m'y retrouver.

J’ai quand même passé un agréable moment de lecture puisque dans son ensemble l’intrigue est plutôt bonne. Dans ce premier tome on apprend à connaître notre héroïne et l'ampleur de ses pouvoirs et j'ai trouvé ce côté paranormal très intéressant. Darynda Jones a une approche très originale du concept de la vie après la mort et elle bouscule nos idées reçues.


CONCLUSION :
Un roman à prendre au second degré. L'écriture de l’auteur est légère et bourrée d'humour même si personnellement je n'ai pas accroché avec ce style qui souffre de redondances. Heureusement l'univers est bon et la manière dont est démystifié la Faucheuse est original. Ça change des vampires et des loups garous. Le gros point positif c’est que l'intrigue est intéressante. Par curiosité je lirai quand même le second tome, mais ce ne sera pas l’une de mes priorités.


MA NOTE :
2/5 : Univers intéressant. Roman léger et à lire au second degré


MON AVIS EN VIDEO :







vendredi 26 février 2016

"The Book of Ivy, tome 2 : The Revolution of Ivy" de Amy Engel

The Book of Ivy, tome 2 : The Revolution of Ivy
Auteur : Amy Engel
Broché : 322 pages
Editeur : Lumen (5 novembre 2015)
Genre : Science-fiction, jeunesse



SYNOPSIS :
Ce serait si facile de capituler, de fermer les yeux et d’attendre que la faim et la soif aient raison de moi. Ou bien qu’une bête sauvage me trouve. Ou même un autre survivant… Mais je refuse d’abandonner. J’en ai terminé avec la lâcheté. Il est temps pour moi d’agir, enfin.
Bishop me l’avait bien dit, cet univers hostile ne pardonne pas la moindre erreur. Et au-delà de la barrière, c’est encore pire. L’hiver approche, et si je veux survivre, il va me falloir trouver de l’eau, des vivres, un abri. D’autres condamnés avec lesquels m’allier. Mais surtout, je vais devoir faire un choix : dois-je oublier ma vie d’avant, me venger de ceux qui m’ont trahie… ou mener, purement et simplement, la révolution ?
CAR JE NE SUIS PLUS UNE WESTFALL, NI UNE LATTIMER. SIMPLEMENT IVY. ET JE SUIS ENFIN LIBRE.


MON AVIS :
J’avais adoré le premier tome et j’avais hâte de découvrir la suite. Pour ceux qui l’aurait raté, je vous laisse la chronique du premier tome ici.
Dans ce deuxième tome on retrouve une Ivy plus forte, du moins en apparence. Elle doit survivre de l'autre côté de la clôture, dans un monde qu'elle ne connaît pas. Elle est obligée d’assumer les conséquences de ses actes. Ivy se retrouve seul face à elle-même et face à ses doutes. Pour survivre elle doit d’abord accepter de vivre tout court. Accepter qu’elle mérite de vivre malgré tout ce qui lui est arrivé et tout ce qu’elle a pu faire.
Dans cette suite notre héroïne fait une belle rencontre et les deux nouveaux personnages qui entrent en scène sont excellents. Ils sont attachant et se montrent rapidement indispensable. D’autres personnages secondaires du premier tome viennent jouer un rôle important. Et même si je ne m’y attendais pas forcément, ça a été une belle surprise.
L’auteur a su trouvé les mots juste pour nous immerger dans le périple d’Ivy. La tournure que prend l’histoire m’a beaucoup plu. Quant à la fin elle clôt parfaitement la série et a même dépassée mes espérances.


CONCLUSION :
J’ai adoré cette duologie. Cette suite est aussi réussite que le premier tome. Pour moi l’intrigue est excellente du début à la fin et le dénouement est à la hauteur de mes attentes. Que ce soit le côté dystopique ou de la romance, tout est très bien mené. Ivy et Bishop vont me manquer.


MA NOTE :
4/5 : Un excellent second et dernier tome qui conclut la saga à merveille.


MON AVIS EN VIDÉO :





jeudi 25 février 2016

"Lettre d'une inconnue" de Stefan Zweig

Lettre d’une inconnue
Auteur : Stefan Zweig
Poche : 160 pages
Editeur : Livre de Poche Jeunesse (25 mars 2015)
Genre : Classique, Nouvelle


SYNOPSIS :
Un amour total, passionnel, désintéressé, tapi dans l'ombre, n'attendant rien en retour que de pouvoir le confesser. Une blessure vive, la perte d'un enfant, symbole de cet amour que le temps n'a su effacer ni entamer. Une déclaration fanatique, fiévreuse, pleine de tendresse et de folie. La voix d'une femme qui se meurt doucement, sans s'apitoyer sur elle-même, tout entière tournée vers celui qu'elle admire plus que tout. Avec Lettre d'une inconnue Stefan Zweig pousse plus loin encore l'analyse du sentiment amoureux et de ses ravages, en nous offrant un cri déchirant d'une profonde humanité. Ici nulle confusion des sentiments : la passion est absolue, sans concession, si pure qu'elle touche au sublime.


MON AVIS :
Ce livre m’a ému aux larmes. C’est une bouleversante déclaration d’amour d’une femme qui a toute sa vie chéri un homme qui n’a pas su l’aimer en retour. Ces deux âmes se sont croisées, ces deux corps se sont furtivement rencontrés, mais ne ce sont jamais possédés. De quelques jours d’amour est né un enfant qui ne connaitra jamais son père.
Ce qui rend intense ce récit c’est que l’on a qu’un seul point de vue : celui de la femme inconnue. Cette femme qui crie, sans être interrompu, la force de son amour avant de mourir. Elle n’a plus rien à perdre et c’est pour ça qu’elle peut se livrer corps et âme.
Stefan Zweig a une plume magnifique, très accessible, qui m’a parlé et qui a su me toucher. Malgré que cette nouvelle date de 1922, je l’ai trouvé terriblement actuelle. Alors oui, de nos jours il y a internet, les réseaux sociaux, les téléphones mobiles. Tout le monde peut joindre tout le monde… Mais ce n’est pas là le récit d’une femme qui a perdu de vue son amant, mais plutôt celui d’une femme qui a préférer manquer l’amour de sa vie plutôt que de l’emprisonner. Elle aurait voulu le serré chaque jour dans ses bras, mais la vie en a voulu autrement.  


CONCLUSION :
Un classique incontournable à mes yeux. Un cri d’amour pur et passionné. Stefan Zweig a trouvé les mots justes pour exprimer la beauté de la passion amoureuse.


MA NOTE :
5/5 : Enorme coup de cœur qui m’a touché en plein cœur.





CITATION :
« Toute ma vie, depuis que je suis sortie de l’enfance, a-t-elle été autre chose qu’une attente, l’attente de ta volonté ? »

« Tous les hommes, tous, m’ont gatee ; tous se sont montrés bons envers moi ; toi, toi seul tu m’as oubliée, toi, toi seul, tu ne m’as jamais reconnue. »


MON AVIS EN VIDÉO :






"Le joyau, tome 1" de Amy Ewing

Le Joyau, tome 1
Auteur : Amy Ewing
Broché : 452 pages
Editeur : R-jeunes adultes (18 septembre 2014)
Genre : Science-Fiction, Jeunesse



SYNOPSIS :
Qui dit Joyau dit richesse. Qui dit Joyau dit beauté. Qui dit Joyau dit royauté. Mais pour les filles comme Violet, le Joyau est avant tout synonyme de servitude. Et pas n'importe quelle servitude : Violet est née et a grandi dans le Marais avant d'être formée dans l'optique de devenir Mère-Porteuse pour la royauté. En effet, au sein du Joyau, la seule chose qui prime sur l'opulence et le luxe, c'est la descendance...
Achetée par la Duchesse du Lac lors de l'Enchère des Mères-Porteuses, Violet est accueillie par une gifle. Désormais connue sous l'appellation #197, elle va rapidement découvrir la brutale réalité qui sous-tend l'étincelante façade du Joyau : cruauté, trahisons et violence sourde sont les méthodes de la royauté.
Violet doit accepter ce sinistre quotidien... et tâcher de rester en vie. Mais c'est alors que naît une romance interdite entre elle et un séduisant jeune homme, loué pour servir de compagnon à la nièce aigrie de la Duchesse. Bien que la présence de ce dernier vienne illuminer le sombre quotidien de Violet au coeur du Joyau, les conséquences de leur relation illicite vont dépasser ce qu'ils redoutaient...

MON AVIS :
En grande amatrice de dystopie j’avais hâte de découvrir celle-ci. Le sujet traité m’a tout de suite interpellé puisqu’il est question de mère porteuse et surtout de la manière abusive dont la société peut les utiliser. Pour moi cette dystopie se démarque des autres par l’originalité du thème abordé.

L’univers mis en place par Amy Ewing a tout d’un conte de fée puisqu’on y retrouve des princesses, des belles robes et de la magie, mais cela n’est qu’une apparence, car sous ses beaux apparats se cache une bien triste vérité. En effet les mères porteuses sont vendues aux enchère aux gens de la noblesse. C’est le cas de Violet qui est acheté par l’une des familles les plus riches et les plus influente de la royauté. Elle se retrouve dans un château où elle pourrait mener la belle vie, mais elle se rend rapidement à l’évidence qu’elle n’est qu’un objet. Sa maitresse, la duchesse du Lac, est une femme froide et calculatrice. Tout ce qui l’intéresse c’est que Violet lui donne la meilleure descendance possible.

Dans son triste quotidien Violet va faire la rencontre d’un jeune homme dont elle va tomber amoureuse. Cette histoire d’amour va être une réelle bouffée d’air pour elle, mais aussi pour le lecteur. J’ai trouvé cette romance intelligente et pas trop niaise. Souvent le reproche que je peux faire aux auteurs de dystopie, c’est de nous caser une romance comme un cheveu sur la soupe, juste pour la forme, même si celle-ci ne sert pas l’intrigue. Ici j’ai trouvé que cette histoire d’amour était bien intégrée dans le récit et qu’elle y a toute sa place.

C’est vrai que la narration souffre de quelques longueurs, mais cela n’a pas vraiment dérangé car je trouve que cela fait encore plus ressortir le quotidien m’automne et difficile de notre personnage principal.

En ce qui concerne la fin, elle est juste parfaite pour une fin de premier tome. Il se passe quelque chose de si inattendu que cela donne très envie de se jeter sur la lecture du second tome.


CONCLUSION :
Une dystopie réussite avec un thème et un univers très intéressant. Ce premier tome est une très bonne introduction qui va, je l’espère, permettre à l’auteur de développer son intrigue et de nous surprendre avec la suite de son récit.


MA NOTE :
4/5 : Un roman addictif avec un sujet de fond très intéressant et qui ne demande qu’à être développé dans les tomes suivant.


MON AVIS EN VIDEO :






mercredi 24 février 2016

"Puzzle" de Franck Thilliez

Puzzle
Auteur : Franck Thilliez
Poche : 480 pages
Editeur : Pocket (9 octobre 2014)
Genre : Thriller


SYNOPSIS :
Et si on vous demandait de mourir… dans un jeu ?
Ilan et Chloé, deux jeunes gens spécialistes des chasses au trésor ont rêvé des années durant de participer à la partie ultime, d’un jeu mystérieux dont on ne connaît pas les règles, dont on ne connaît pas l’entrée, et dont on ne sait même pas s’il existe. Mais dont on connaît le nom : Paranoïa.
Lorsqu’un an après leur rupture Chloé réapparaît dans la vie d’Illan en lui annonçant qu’elle sait comment jouer, ce dernier a totalement rompu avec l’univers des jeux, et vit isolé dans la maison de ses parents disparus en mer. Officiellement morts, mais Ilan est persuadé qu’ils ont été enlevés à cause de leurs recherches scientifiques. Après avoir refusé l’aventure, Illan cède alors que Chloé lui fait part de la rumeur : le gagnant remporterait 300.000 euros.
Après un premier jeu de pistes dans Paris, les deux amis sont enfin sélectionnés. C’est alors qu’ils découvrent la règle numéro 1 : « Quoiqu’il arrive, rien de ce que vous allez vivre n’est la réalité. Il s’agit d’un jeu. », rapidement suivie, à leur arrivée sur les lieux du jeu - un gigantesque bâtiment isolé en pleine montagne appelé Complexe psychiatrique de Swanessong – de la règle numéro 2 : « L’un d’entre vous va mourir. »
Quand les joueurs découvrent le premier cadavre, quand Illan retrouve dans le jeu des informations liées à la disparition de ses parents, la distinction entre le jeu et la réalité est de plus en plus difficile à faire…
Et Paranoïa peut alors réellement commencer…


MON AVIS :
C’est la première fois que je lis du Franck Thilliez et je comprends mieux, après cette lecture, pourquoi c’est un auteur de référence dans l’univers des thrillers.

Ilan est un jeune homme un peu perdu, depuis la disparition de ses parents. Il vit reclus dans la maison familiale et survit tant bien que mal. J’ai éprouvé beaucoup de compassion pour Ilan et me suis donc très vite attaché à lui. Quant à Chloé, son ex petit ami, qui refait surface après un an de séparation, je me suis montré plus méfiante à son égard et je n’ai pas réussi à me lier d’affection pour elle. Dès le début je me suis demandé si elle voulait réellement le bien d’Ilan.

L’univers qu’à choisi Franck Thilliez pour son huis clos est très bien choisi. L’hôpital psychiatrique désaffecté, enclavé dans les montagnes est un lieu assez glauque et angoissant. Les murs portent la mémoire de leur histoire et on se demande si l’hôpital est réellement abandonné. De plus lors du déroulement de l’histoire une tempête de neige fait rage, ce qui ajoute à l’isolement des lieux. Les huit joueurs se retrouvent donc complétement livrés à eux-mêmes et dans l’impossibilité de s’échapper. C’est là que le nom du jeu, Paranoïa, prend tout son sens puisque les candidats qui ne se connaissaient pas avant de se retrouver enfermés, s’observent et deviennent vite parano. Ce côté huis clos qui se déroule en pleine tempête de neige m’a beaucoup fait pensé aux émotions que j’ai ressenti lors de ma lecture de « Shining » de Stephen King.

Franck Thilliez maîtrise à merveille l’art du suspens. Il manipule ses personnages et nous avec. Les événements s’enchainent très vite et une fois entré dans l’intrigue, je n’ai pas pu arrêter ma lecture avant de connaitre son dénouement. J’ai lu ce roman d’une traite et j’étais complétement immergé dans l’histoire auprès d’Ilan. On peut dire que j’ai été prise au piège de Paranoïa.

Le seul petit défaut de ce roman et le manque d’originalité de l’intrigue. En effet, pour les habituées de ce genre de lecture, le dénouement reste très prévisible. D’ailleurs j’ai moi-même deviné la fin dès les premières pages, mais cela ne pas dérangé car ce qui m’intéressait avant tout c’était de savoir comment l’auteur allait nous mener à ce final.


CONCLUSION :
Un thriller haletant et très bien écrit. Le style de l’auteur est très immersif et nous permet de plonger directement dans son univers. On vit l’histoire avec les personnages et on a l’impression d’être enfermé avec eux. Les événements s’enchaînent avec un rythme soutenu et le suspens est présent tout au long du récit. Très difficile de lâcher sa lecture une fois immerger dans l’intrigue. Préparez vous à vivre des émotions fortes. Paranoïa le jeu où tout est réalité mais où rien n’est réel.


MA NOTE :
4/5 : A lire, si vous avez envie de savoir ce que ça fait de devenir complétement parano en lisant un roman.


MON AVIS EN VIDEO :