Mes dernières chroniques

⥥⥥⥥⥥ Mes dernières chroniques ⥥⥥⥥⥥

dimanche 9 août 2015

"Juste avant le bonheur" d'Agnes Ledig


Juste avant le bonheur
Auteur : Agnes Ledig         
Broché : 336 pages
Editeur : Pocket (2 octobre 2014)
ISBN-13: 978-2266250627


SYNOPSIS :
Julie, 20 ans, qui élève seule son fils Lulu est caissière dans un supermarché. Elle attire l'attention d'un client, quinquagénaire aisé à nouveau célibataire. Généreux et désintéressé, Paul invite Julie à passer quelques jours dans sa belle villa de bord de mer en Bretagne. Ils y retrouvent Jérôme, le fils de Paul, qui se remet mal du suicide de sa jeune femme. Gaieté et optimisme reviennent grâce à l'attachante présence du petit Lulu. Mais au retour, un nouveau drame survient. Une chaîne de soutien, d'affection et de tendresse se forme autour de Julie. Avec elle, à travers elle, des êtres désemparés tentent de réapprendre à vivre et de saisir une deuxième chance. La force des épreuves surmontées, l'espoir d'un nouvel amour, ainsi qu'une bonne dose d'intelligence et d'humour peuvent réussir ce miracle. Un conte de fées moderne. L'émotion partagée avec des personnages profondément attachants et les dialogues d'une rare vivacité donnent un livre bourré de grâce, d optimisme et d énergie, qui réconcilie avec la vie !

MON AVIS :
J’ai eu envie de lire ce livre en regardant une interview d’Agnes Ledig qui en parlait. Je suis alsacienne tout comme l’auteur et c’est sur la chaîne régionale que j’ai découvert son histoire. Ci-dessous la vidéo qui m’a donné envie de plonger dans son univers.


Les personnages de ce roman ont le point commun de tous avoir été malmené par la vie. Ils se battent contre un quotidien difficile conséquence d’un passé compliqué. Ils ont tous besoin de guérir de leur blessure et de marquer une trêve dans leur vie. Et c’est ce qui va se passer lors de leur vacance en Bretagne. Ils vont apprendre à se connaître, s’apprivoiser et créer des liens forts d’amitié et d’amour avec un grand A. Julie apporte sa fraîcheur, son regard plein d’espoir sur la vie, qu’elle accepte comme elle est, aussi chaotique soit-elle. Paul apporte sa sagesse mais aussi sa folie, il se donne les moyens de vivre une vie plus belle. Le destin lui a donné une seconde chance et il ne compte pas la laisser passer. C’est un épicurien qui aime Julie pour sa force de caractère et sa joie de vivre communicative. Lulu le fils de Julie, qui a 3 ans, est un rayon de soleil qui par sa simple présence répare les âmes. Jérôme le fils de Paul est un médecin trentenaire. C’est quelqu’un de plus réservé que son père, qui s’interdit de gouter au bonheur mais qui a pourtant beaucoup d’amour à apporter.
Alors que j’arrivais à la moitié du livre et que je me réjouissais du tournant que prenait l’histoire, j’ai été surprise par un rebondissement inattendu. Un drame arrive et toute la poésie et la tranquillité du début de l’histoire est remis en cause. On se rend compte que rien n’est jamais acquis et que la vie peut basculer en une fraction de seconde. Arrivé à cette événement je n’ai pu me résoudre à fermer le livre et j’ai lu les quelques 180 pages restantes d’une traite. J’ai pleuré aussi, beaucoup pleuré, ça a été une vraie claque.

Agnes Ledig a une écriture exceptionnelle ; Faite de poésie, d’humour et d’une bonne dose de philosophie et de sagesse. On ne ressort pas de cette lecture indemne.

CONCLUSION :
Ce roman est fait d’une belle histoire d’amour et d’amitié. L’auteur a pimenté sa narration d’une touche humoristique, grâce des personnages qui ont un grand sens de la répartie et de la dérision. C’est un roman qui raconte la vie dans son entièreté, faite de joie et de drame, de rencontre et de séparation. Un livre plein de sagesse que je ne saurais que trop vous recommander.


MA NOTE :  
5/5 Un énorme coup de cœur. Un roman qui transmet des ondes positives et qui fait du bien.


POUR FINIR QUELQUES CITATIONS :
  • « Il vaut mieux occulter ce qui est trop dur, ne pas y penser, mettre le quotidien au premier plan, vivre les choses sans penser aux conséquences, se nourrir des souvenirs pour ne pas subir le présent, et encore moins ce qui risque d’advenir. »
  • « Le bonheur va vers ceux qui savent rire ».
  • « Ce n’est pas la vie qui est belle, c’est nous qui la voyons belle ou moins belle. Ne cherchez pas à vouloir atteindre un bonheur parfait, mais contentez-vous des petites choses de la vie, qui, mises bout à bout, permettent de tenir la distance ».
  • « Rien ne sert de s’opposer, le destin trace le chemin. On le suit ou pas. Mais si on ne marche pas dans ses pas, on finit par se perdre. »
  • « Et puis quand on quitte le long fleuve tranquille de l’existence, on découvre des voies parallèles, certes plus difficiles à naviguer, mais plus intéressantes, plus riches que celles du flot commun qu’on emprunte par facilité. »
  • « Ne baisse pas les bras, tu risquerais de le faire deux secondes avant le miracle »